Télécharger sur

 

tahin-party.org

Insoumission à l'école obligatoire de Catherine Baker

Après que sa fille ait décidé de ne pas aller à l'école, Catherine Baker lui explique ce qu'elle pense elle-même de cette institution. Si l'école est la première cible de l'auteure, ses attaques portent sur la domination adulte et, au-delà, l'asservissement social et la gestion des individus. La première parution de ce livre date de 1985. Si les constats que dresse Catherine Baker sont très actuels, la radicalité de la remise en cause à laquelle elle se livre est quasiment impensable aujourd'hui. «Parce que ce livre est extrêmement personnel, il a su toucher certain-es de ses lectrices et lecteurs au plus profond, modifier leur intelligence du monde. Sans chercher plus loin, nous sommes plusieurs dans l'équipe de tahin party dont les vies seraient sans doute bien différentes aujourd'hui s'il ne nous était un jour tombé entre les mains.»

 Du même auteur : Pourquoi faudrait-il punir ? Sur l'abolition du système pénal

 

 

Télécharger sur

 

tahin-party.org

Pour l'abolition de l'enfance de Shulamith Firestone

L'enfance est une invention récente. Les caractéristiques qu'on lui attribue (innocence, vulnérabilité, dépendance, etc.) sont le produit d'une construction sociale. Les attentions spéciales, la "protection", le "respect" dont les enfants sont l'objet, ainsi que les institutions créées pour eux (l'école en particulier) servent avant tout à les tenir sous tutelle, à les priver de tout pouvoir sur leur vie, à les enfermer dans leur rôle, à les... infantiliser.

En réexhumant ce texte qui, pour la première fois sans doute, étendait aux enfants l'analyse des mécanismes de domination, nous espérons bien contribuer à donner des outils de lutte à tous ceux, toutes celles -et particulièrement aux mineur-es- qui jugent que la "condition de l'enfance" est inaceptable.

 

 

La justice criminelle de T.B.

Certains pensent être propriétaires des enfants, d'autres pensent que les relations adultes-enfants ne se font qu'encadrées, d'autres ont si l'esprit mal tourné que regarder un enfant devient un péché, ..., ... :   interdire aux enfants de fréquenter les personnes qui les aiment et qu'ils veulent voir est inadmissible ; prétendre les protéger en faisant cela est une aberration.

Tant que la justice qualifiera 'd'agression sexuelle'  des simples caresses consenties par l'enfant, et tant qu'elle considérera qu'aucun enfant n'est en mesure de faire valoir son consentement, les jugements rendus auront autant de valeur que ceux donnés par des intégristes.

Tant que la justice qualifiera de 'détournement de mineur', le fait d'héberger un enfant qui le souhaite, les jugements rendus auront autant de valeur que ceux donnés par des dictateurs.

La liberté des enfants est bafouée tous les jours par ceux qui respectent les lois !